Dun-Ham où la ville sur la colline naît autour de l’an mille. Le plus ancien texte relatant l’existence de Dinan date de 1040 avec un dénommé Josselin de Dinan… Il y installa le siège de sa seigneurie.

Dinan, en Bretagne (à ne pas confondre avec le Dinant en Belgique) bénéficie d’une situation géographique exceptionnelle ; proche des grands axes pour aller sur Rennes ou Saint-Brieuc et à une vingtaine de minutes de la mer.

La Rance et sa vallée bordant Dinan en font un havre de paix :  la ville dans la nature.


 

Château de Dinan

Un château médiéval d’exception !
Monument emblématique et pièce maitresse de la cité médiévale de Dinan, il reste un beau témoignage de l’époque du Moyen-Âge.
De retour en Bretagne en 1380 après plusieurs années d’exil en Angleterre, le Duc Jean IV confie à Étienne Le Tur la construction d’une Tour Résidence d’une hauteur d’environ 45 m. Ce château est doté de cuisine, pièces d’apparat, chambres plus intimes.
Fin XVIè siècle, la résidence connait d’importants travaux lui confiant un rôle défensif de la cité mais aussi de contrôle de la population. La Tour résidence est rattachée à la Tour de Coëtquen par le souterrain Mercœur.

Quelques dates clés :

  • 1380 : début du projet construction
  • Jusqu’en 1630 : demeure du Gouverneur de Dinan
  • XVIIIè siècle : le château sert de prison militaire
  • De 1817 à 1904 : prison de droit commun
  • 1906 : le château est racheté par la ville
  • 2018-2019 : revalorisation du bâtiment avec une nouvelle scénographie, un nouveau sens de circulation :
    La Tour du Palais Ducal, la vie quotidienne au château
    La Tour de Coëtquen, l’art de la guerre

Place Duguesclin et Place Champ Clos

Lors de la Guerre de succession du Duché de Bretagne, Bertrand Du Guesclin et son frère défendent la ville assiégée par les troupes anglaises. Une trêve courrait laissant la libre circulation des assiégés (les dinannais) et des assiégeants (les Anglais) mais Sir Thomas de Cantorbery kidnappa le frère de Bertrand Du Guesclin : en résultat un combat singulier entre les deux en lieu et place du Champ Clos. En effet, Sir de Cantorbery n’a pas respecter les règles de la chevalerie…
Sur la Place Duguesclin se trouve la statue équestre de cet illustre connétable de France.

Une fois sur cette place, faites un 360° et voyez les maisons la bordant. C’est une tout autre époque de la ville de Dinan que vous avez sous vos yeux : le XVIIIè siècle et ses maisons bourgeoises.

Aujourd’hui sur ces deux places, a lieu le marché hebdomadaire du jeudi matin.

Rue et Tour de l’Horloge

La Tour domine la vieille ville de Dinan du haut de ses 47 mètres. Érigée à la fin du XVè siècle, à la fois tour communale puis Beffroi en 1507, les réunions municipales s’y dérouleront jusqu’à la Révolution.
La tour dispose d’un des plus vieux mécanismes d’horloge d’Europe.
En entrant dans la Tour, n’ayez pas peur des quelques 158 marches se terminant par une petite échelle de meunier pour arriver en tout en haut ! Et oui le panorama se mérite.

Anecdote :

  • Anne de Bretagne ordonne au Gouverneur de la ville d’installer une horloge à la Tour et par la suite une cloche dont elle sera la marraine : ce qui fait que la tour devient Beffroi.
  • Les cloches se prénomment : Noguette, Françoise, Jacqueline et Duchesse Anne
  • Les cloches sonnent tous les 1/4h, 1/2h et heure.

Place et Basilique St-Sauveur

La place Saint-Sauveur est entourée d’arbres et de petits cafés ou boutiques. De celle-ci, la vue se dirige à l’ouest vers la Tour de l’Horloge et à l’est vers la Basilique Saint-Sauveur.
Édifice composite qui a traversé les siècles : parties romanes, parties gothiques flamboyant avec le chœur et deux transepts, parties classiques (autels et retables).
Le cœur de Bertrand Du Guesclin y est enfermé dans une urne.
Contournez la Basilique et vous arriverez dans le Jardin Anglais d’où vous avez une vue imprenable sur le chevet de la Basilique mais aussi sur le port de Dinan.

Date clé :

  • 1975 : classée aux Monuments Historiques.

Jardin Anglais

Placé sur un cimetière paroissial, le Jardin Anglais a été créé en 1852 en mémoire de la « colonie britannique » très nombreuse au XIXè siècle. Dinan était une ville calme et réputée pour ses eaux de la vallée de la Fontaine des Eaux mais aussi par sa proximité avec St Malo. Le jardin donne directement accès aux remparts et à la Tour Sainte-Catherine d’où vous avez une vue incomparable sur le port de Dinan et la Vallée de la Rance.

Des statues sont présentes dans ce jardin comme le buste du célèbre explorateur Auguste Pavie, né à Dinan. Mais vous y trouverez aussi des arbres centenaires comme le Gingko Biloba, un des premiers introduit en Bretagne (à voir pour ses dimensions).

Les maisons à pans de bois

Dinan ne compte pas moins de 130 maisons à pans de bois, de style (à encorbellement, à porches ou à vitrine) et d’époques différents (édifiées entre le XVè et le XVIIIè siècle). Ces maisons témoignent de la qualité de l’habitat urbain de la ville de Dinan. Elles restent concentrées dans le vieux Dinan :

  • Dans la rue de l’Apport (XV-XVI-XVIIè siècle)
  • Sur la Place des Merciers et des Cordeliers avec notamment l’une des tristement célèbres maisons à pans de bois : La Mère Pourcel qui a brûlé fin 2019.

Église St-Malo

La 1ère église Saint-Malo fut fondée en 1066 par Olivier Ier en dehors de la fortification de la ville (construite plus tard). Celle-ci fut donc détruite vers 1487-1488 et la construction de la nouvelle église débuta sous Jean II de Rohan en 1490 à l’emplacement actuel donnant sur 3 rues :

  • La rue de la Boulangerie
  • La Rue Neuve
  • La Grand’ Rue

L’église ne fut terminée qu’au XXè siècle. Celle -ci est représentative du gotique flamboyant en Bretagne. Elle est dotée de magnifiques vitraux contemporains évoquant la vie des habitants, les événements religieux les plus marquants de Dinan, ainsi que des quartiers de la ville….

Rue du Jerzual

La belle, la mythique mondialement connue …

Cette rue était l’axe principal pour aller du port à la vieille ville jusqu’à la construction du viaduc en 1852.  Toujours empruntée et cela depuis plus de dix siècles, la rue se divise en 2 parties :  la Rue du Jerzual qui part de la ville haute et la Rue du Petit Fort qui arrive au port de Dinan. Au milieu de ses deux rues, se trouve la Tour-Porte du Jerzual qui marque l’ancienne limite entre la Cité médiévale et ses faubourgs.

Vous pouvez vous y promenez et faire quelques emplettes chez les nombreux artistes et artisans d’art, commerces… ou bien la défier lors du traditionnel Défi du Jerzual : course dont la plus grosse boucle fait 11km, et vous devez monter 2 fois la rue du Jerzual.

Mais attention, la rue se mérite avec sa jolie pente, un petit 10% de dénivelé !

Port de Dinan

Le vieux pont est construit dans les années 1070 pour relier les deux prieurés : celui de Saint-Malo, sur le promontoire qui domine la Rance, et celui de la Madeleine du Pont au bord de l’eau, qui deviendra l’actuel Lanvallay.

Idéalement situé, le port de Dinan s’impose comme un acteur économique majeur. De nombreux échanges se font avec l’Angleterre et les Flandres puis l’Espagne et les Amériques. Au XXè siècle, il sera essentiellement dédié à la plaisance.

Le saviez-vous :

Pour la petite histoire, le géant Microsoft a choisi le Petit Port de Dinan pour figurer parmi les fonds d’écran de son système d’exploitation Windows 7…

 

La balade y est de rigueur : du port vous avez accès au chemin de halage en direction du sud vers Léhon (rive droite) et en direction du Nord vers Saint-Samson sur Rance (rive gauche).

Vous y trouverez de quoi vous restaurer, vous héberger… ainsi que le Musée Yvonne Jean-Haffen et la Maison de la Rance pour découvrir tout ce qui a attrait à la rivière Rance.

Profitez aussi de balades en bateau pour admirer le calme de la vallée de la Rance !

Poursuivez, à pied ou à vélo,  par le chemin de halage sur la rive droite en direction de Léhon. Profitez du calme des bords de rance, de la nature qui vous entoure pendant environ 20-30 mn avant d’arriver à la Petite Cité de Caractère.

Léhon

Léhon, Petite Cité de Caractère à deux kilomètres seulement au sud de Dinan. Pour s’y rendre ? Rien de plus simple, à pied ou en vélo par le chemin de halage ou en voiture pour découvrir le charme de cette petite commune.

Abbaye St-Magloire

Ancien monastère bénédictin fondé au IXè siècle sur les bords de la Rance, lorsque six moines sont venus s’y établir et qui s’étaient donnés pour mission d’évangéliser ce coin d’Armorique. Selon la légende, ils seraient allés voler les reliques de Saint-Magloire (qui de son vivant était évêque de Dol) afin de mettre le monastère sous protection divine.
Ce n’est que le début de l’histoire de ce monument, pour en savoir plus il vous suffira de suivre une visite guidée de l’Abbaye
L’Abbaye se compose d’une église abbatiale, d’un cloître, de combles et de bâtiments conventuels. La visite de cette abbaye est un moment unique au cœur d’une petite cité à fort caractère !
N’oubliez pas lors de votre visite de l’Abbaye de vous rendre dans les jardins. Ils bordent la Rance et c’est un véritable havre de paix que de s’y promener.

Les plus :

  • Visites libres ou guidées de l’Abbaye
  • Lieux d’exposition

Château

Sur un éperon rocheux, il devait défendre l’entrée de la Vallée de la Rance. Il est mentionné pour la première fois dans l’Histoire en 1034.
Le château fut assiégé par nos amis les anglais en 1168 et rasé un an plus tard.
Les ruines que nous voyons aujourd’hui datent de la reconstruction du château au XIIIè siècle. Celui-ci fut repris par les Anglais au XIVè et rendu au Duc de Bretagne à la fin du XVè siècle. Il est qualifié de ruineux en 1490.
Une partie des pierres du vieux château serviront à la réfection du monastère.

Anecdote :

Il est inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques en 1926 puis radié en 1931 à la demande de la municipalité de l’époque jugeant que la commune de Léhon ne présentait pas un caractère artistique et archéologique.
En 2004, le château est de nouveau inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques.